Camping… and real life!

I just came back from a 4-day camping trip, all by myself in the Valley of the Jacques-Cartier River. Mean black flies, mosquitos, 15km of hiking, 19km of kayaking… and suddenly you realise that this is exactly like real life but in a sort on condensed version.
 
You have no choice but to go on and keep walking through the woods because no one is coming to get you. If you don’t think about the best way to go before going through the rapids, you’re taking a big fat chance.
 
You can only count on yourself, on your capacity to keep going and on your ability to weigh everything in every single decision. You push yourself to the limit because you don’t want to fall or to stop due to a “weakness” of some sort.
 
Just like in real life…
This entry was posted in Voyages / Travels. Bookmark the permalink.

3 Responses to Camping… and real life!

  1. D. says:

    Bravo…Chacun de vos billets apporte un éclairage rafraichissant sur notre société cloîtrée! Un délice pour les papilles intellectuelles!Il est intéressant de noter qu\’on en soit rendu à découvrir ce genre de critique sociale éclairée presque exclusivement sur ce nouveau médium que sont les pages perso.Ce moyen d\’expression permet à qui sait un peu chercher de redécouvrir les émules des pamphlétaires d\’autrefois, dans la lignée des Arthur Buis, et de savourer les lignes de la libre pensée, introuvables dans nos quotidiens, et encore moins dans les média électroniques, entre Star Académie et le Commentaire de Claude Charron.Vous devez faire preuve d\’une originalité remarquable dans votre travail de marketing, mais vous devez aussi leur faire peur!Nous reviendrons vous lire!PS.: –> Et bilingue, en plus, dans notre sacro-sainte société "francophone" et tellement distincte… Sacrilège! Appelez la police de la langue, ligotez-la et brûlez-la au pilori! Et sortez l\’événement sur CD!;-)

  2. LesliAnna says:

    Wow! Good for you! what an experience this must have been!

  3. R says:

    ConseilEh bien ! mêle ta vie à la verte forêt !Escalade la roche aux nobles altitudes.Respire, et libre enfin des vieilles servitudes,Fuis les regrets amers que ton coeur savourait.Dès l\’heure éblouissante où le matin paraît,Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes.Va devant toi, baisé par l\’air des solitudes,Comme une biche en pleurs qu\’on effaroucherait.Cueille la fleur agreste au bord du précipice.Regarde l\’antre affreux que le lierre tapisseEt le vol des oiseaux dans les chênes touffus.Marche et prête l\’oreille en tes sauvages courses ;Car tout le bois frémit, plein de rythmes confus,Et la Muse aux beaux yeux chante dans l\’eau des sources.Théodore de Banville ** La prise de conscience est le premier pas vers la libertée

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s